Voyager pendant le confinement : possible ou pas ?

Voyager pendant le confinement : possible ou pas ?

Mis à jour le 01/04/2021 | Publié le 04/11/2020 | Voyage et Covid

La nouvelle est tombée pour beaucoup comme un coup de massue sur leur tête : les Français sont à nouveau confinés. Que signifie le confinement pour toutes les personnes qui devaient voyager au mois de novembre ? La réponse pourrait sembler simple : confinement = interdiction de voyager ? Pourtant, le sujet est bien plus complexe qu’il n’y paraît.

Depuis le premier jour du confinement, de nombreux voyageurs français postent des témoignages sur les réseaux sociaux indiquant qu’ils ont bien réussi à prendre leurs vols et à partir pour l’Europe, mais aussi vers l’extérieur des frontières européennes.

Cet article n’a pas pour but d’encourager au départ (encore moins de décourager 😉), mais il dresse un constat et fait la synthèse des expériences vécues par les voyageurs en cette première semaine de confinement.

Alors, voyager pendant le confinement, possible ou pas ?

SOURCES :   Légifrance, Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Commission Européenne, Village de la Justice, Convention européenne des droits de l’Homme, récits et témoignages sur les communautés de voyageurs (réseaux sociaux)

Voyager pendant le confinement : possible ou pas ?

Covid-19 : peut-on voyager pendant le confinement ?

Que disent les textes officiels ?

En ce qui concerne le transport aérien, le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire mentionne seulement l’interdiction des déplacements (sauf ceux fondés sur un motif « impérieux ») entre le territoire métropolitain et les DOM-TOM. Aucune mention n’est faite des vols vers d’autres destinations.

D’autre part, la Convention européenne des droits de l’Homme, et notamment le Protocole n°4 (entré en vigueur en France en 1974) stipule dans son Article 2 sur la liberté de circulation, que « Toute personne est libre de quitter n’importe quel pays, y compris le sien ». Ainsi, pour interdire formellement aux ressortissants français de quitter le territoire national, seule une loi, et non un décret, faisant une mention explicite de cette interdiction serait de nature à mettre des limitations aux libertés de circulation. Au regard du droit de la Convention européenne des droits de l’Homme, la France ne peut formuler une telle interdiction sans contrevenir à ses engagements.

Bien sûr, il s’agit là de la théorie et il est bien peu probable dans les faits que beaucoup d’entre vous aient l’envie d’argumenter sur ce point avec la police lors de vos déplacements. Qu’en est-il alors, justement, des interdictions de déplacements et des amendes sanctionnant les voyageurs pendant le confinement ?

Dans les faits : y a-t-il des contraventions et des interdictions de déplacements visant les voyageurs à destination de l’Europe ou quittant les frontières européennes ?

Jusqu’à présent, il semblerait que très peu de voyageurs aient eu à justifier de leurs déplacements au départ de la France. Dans son discours du 28 octobre, Emmanuel Macron a bien déclaré que les frontières extérieures de l’Union Européenne resteraient fermées, mais il s’agit là des dispositions visant les ressortissants de pays extérieurs à l’UE. Un citoyen européen peut toujours quitter l’UE et y revenir (sous condition de test PCR en provenance de certains pays).

Le gouvernement français ne décide pas des pays qui acceptent ou non les ressortissants français sur leur territoire (ce qui est le cas de nombreux pays à travers le monde). Ainsi, si un voyageur a réuni toutes les conditions demandées par le pays dans lequel il souhaite se rendre (visa, test PCR dans certains cas, etc.), il ne peut théoriquement pas être interdit de sortie du territoire.

Des voyageurs ont-ils été sanctionnés par des contraventions depuis le début du confinement ?

Dans de rares cas, les voyageurs se rendant dans les aéroports ont eu à régler une amende de 135 €. Le plus souvent, ils n’ont pas fait l’objet de contrôles ou ont tout simplement montré leur billet d’avion qui a permis de justifier leur déplacement.

Et les compagnies aériennes dans tout ça ?

La grande majorité des compagnies ne demandent pas aux voyageurs de justifier de leurs déplacements, considérant à juste titre que cela ne relève pas de leur domaine de compétences. Seuls quelques cas de voyageurs ayant dû justifier de leurs déplacements auprès d’Air France ont été rapportés. Cependant, le service client d’Air France, joint par des voyageurs, a indiqué que ce n’était en aucun cas le travail de la compagnie de vérifier les motifs de déplacement des passagers, et qu’aucune justification ne leur serait demandée.

Les passagers ayant voyagé sur les compagnies Iberia, Lufthansa, Qatar Airways, Turkish Airlines, Pegasus, Emirates, n’ont pas eu jusqu’à présent à justifier de leurs déplacements.

Et au niveau des assurances, comment ça se passe ?

Certains assureurs ont indiqué ne plus couvrir le risque lié à la covid-19 dès l’annonce du confinement faite par le Président le 28 octobre dernier. Néanmoins, certaines assurances continuent à couvrir tous les risques liés à l’épidémie de coronavirus dans le monde, notamment AVI International et Yupwego. Il est donc encore possible de voyager bien assuré(e). D’ailleurs, vu le contexte international, on ne peut que vous recommander de souscrire à une assurance avant votre départ (ou en cours de route, si vous ne l’avez pas encore fait), afin de voyager plus sereinement, mais aussi parce que de plus en plus de pays exigent des voyageurs qu’ils soient couverts pour la covid-19 pour pouvoir accéder à leur territoire.

Du coup, faut-il partir ou pas ?

Il n’existe aucune réponse toute prête à cette question que beaucoup d’entre vous se posent. Mais selon votre cas personnel, voici déjà quelques exemples de situations et pistes de réflexion :

– Vous aviez prévu de partir en tour du monde tout prochainement et ce confinement vient une fois de plus bouleverser votre projet : cela concerne beaucoup d’entre vous, d’après les très nombreux messages postés sur les réseaux sociaux. Dans ce cas bien précis, si vous aviez déjà prévu de quitter logement et emploi (même de manière temporaire) et que repousser votre départ viendrait vous mettre dans une situation personnelle et financière un peu délicate, pourquoi ne pas poursuivre malgré tout votre projet ?

La situation internationale étant incertaine depuis déjà de longs mois, rien ne peut indiquer qu’elle sera forcément plus simple dans deux ou trois mois. Or, tout dépend donc du délai que vous pouvez vous accorder pour repousser votre départ.

Si vous avez la possibilité d’attendre un mois ou deux, pourquoi pas. En revanche, si repousser n’est pas possible et que vous avez donc le « choix » entre réaliser votre projet d’une vie ou l’abandonner (une question que se posent certains voyageurs), nous, sans hésiter, on vous conseillera de foncer. La vie est trop courte pour qu’elle soit pleine de regrets.

Comme on est nous-mêmes en tour du monde en ce moment, on ne va pas vous mentir et vous dire que la situation des voyageurs est simple et sereine en ce moment, mais on ne regrette absolument pas notre décision d’être partis en 2020 et malgré les nombreux obstacles, on poursuit nos rêves de voyage. On ne peut que vous souhaiter de pouvoir vous aussi réaliser vos rêves. Donc, en résumé, foncez 😊

 

– Vous aviez réservé un voyage de quelques jours ou quelques semaines au mois de novembre et vous ne pouvez pas / ne souhaitez pas reporter votre séjour ni vous faire rembourser (ce qui, d’ailleurs, n’est malheureusement pas toujours possible) : dans ce cas bien précis, tout dépend de votre situation personnelle et professionnelle. Et surtout, tout dépend de votre réponse à cette question : pouvez-vous vous permettre de rester « coincé(e) » quelque part un peu plus longtemps que prévu ?

Car malheureusement, il s’agit là d’une réalité à prendre en compte. Bon nombre d’entre nous se sont retrouvés bloqués à l’étranger lors du premier confinement, et les circonstances actuelles étant ce qu’elles sont, il est bien difficile de prévoir quelle sera la situation dans le pays que vous souhaitez visiter d’ici à la fin de votre voyage.

De même, qu’en sera-t-il des vols que vous devrez emprunter ? Seront-ils maintenus ? Personne ne peut actuellement répondre à cette question. Tout dépend donc de votre situation. Si vous travaillez à distance, par exemple, et que le fait de vous trouver à quelques milliers de kilomètres de chez vous n’est pas un problème, alors pourquoi ne pas tenter ?

En revanche, si votre situation familiale ou professionnelle fait que vous devez impérativement être de retour à la date prévue, il s’agit alors d’un pari plus risqué…

 

Tout dépend donc de la situation de chacun et chacune d’entre vous. Mais une chose est sûre : par les temps qui courent, mieux vaut se tenir régulièrement informé(e) de l’actualité des pays que vous visiterez ! Si vous choisissez de partir en voyage, n’hésitez pas à faire chaque jour un tour d’horizon des nouvelles mesures dans votre pays de destination (mais aussi chez ses voisins, pour suivre l’actualité à ses frontières).

Pour la zone UE, le site fait par la Commission Européenne est une mine d’or d’informations : le site Re-open fait la synthèse des restrictions applicables aux voyageurs dans chaque pays de l’UE mais aussi des mesures mises en place pour limiter la propagation du virus (ouverture ou non des restaurants, des musées, etc.). Il est actualisé très souvent et prend donc en compte toutes les dernières mesures adoptées par les pays de l’UE.

Si vous voyagez en-dehors de l’Union Européenne, vos sources d’informations les plus précieuses sont les sites des ministères de la Santé, de l’Intérieur et des Affaires étrangères des pays que vous visiterez, ainsi que leurs offices du tourisme officiels.

En résumé, si vous choisissez de voyager en cette période, prenez garde à toujours bien respecter la réglementation des pays qui vous accueilleront afin que votre voyage se déroule le plus agréablement possible. Dans beaucoup de pays, les touristes  étrangers ne sont plus vus comme une menace potentielle et un vecteur du virus comme c’était malheureusement parfois le cas lors du premier confinement, mais comme des personnes qui viennent relancer l’économie locale, souvent bien malmenée par la crise de la covid. Lorsqu’on voyage en ce moment, on est donc généralement bien accueillis.

Certaines destinations vont même jusqu’à offrir des assurances voyage aux visiteurs (comme la République dominicaine par exemple, ou encore les îles Canaries en Espagne) pour les inciter à venir. Néanmoins, plus vous serez au courant de la réglementation de votre pays d’accueil, plus vous aurez de chance de profiter à fond de votre voyage 😊

Clause de non-responsabilité : les informations figurant sur cette page ne sont pas exhaustives. Elles reposent sur les dernières données disponibles recueillies auprès de sources sûres et ouvertes au public (sources que nous mentionnons généralement dans nos articles). Bien que Travel Addicts s’efforce de les tenir à jour, nous n’assumons aucune responsabilité, de quelque nature que ce soit, quant à l’exhaustivité et à l’exactitude de ces informations.

Articles similaires

Articles

Pin It on Pinterest

Share This

Vous aimez cette page ?

Partagez la !